Forum RPG basé sur la série The Tudors
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Olympe Highwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Fou du Roi
Admin
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Olympe Highwood   Dim 12 Fév - 19:10


♔ Olympe Highwood

« Un seul désir suffit pour peupler tout le monde »
feat. Lily Cole

LIBRE RESERVE(E) PRIS(E)

Olympe Pénélope Highwood – 22 ans – Née le 17 juillet 1507 à Londres – Célibataire, et fière de l’être. – Un titre de noblesse ? Et que diable voulez-vous qu’elle en fasse ?! – Orientation sexuelle : Homosexuelle… cela vous étonne ? Elle ne se prive pas de séduire les demoiselles, mais si vous l’accusez de perversion, elle dira qu’elle ne sait absolument pas de quoi vous parlez, et que d’ailleurs, elle est amoureuse d’un certain jeune homme nommé Paul (qui bien sûr n’existe pas mais c’est une bonne couverture). – Que penser du Roi Henry VIII ? Le Roi les a récemment invitées, sa sœur et elle, à présenter leur spectacle à la Cour. C’est fort généreux de sa part, et Olympe espère profiter de cette invitation pour remplacer Holbein dans les fonctions de peintre officiel. Ah, mais vous voulez peut-être savoir ce qu’elle pense du roi en tant que… Roi ? Oh, lui ou un autre, vous savez… Celui-ci a l’avantage d’être narcissique et d’aimer les belles choses : voilà qui pourrait servir les intérêt de notre malicieuse demoiselle ! – Que dire sur la Religion ? Pas de ça chez elle ! Les prêtres racontent de telles sottises ! Ils manipulent les pauvres gens pour leur extorquer le peu de biens qu’ils ont. Ce sont de cruelles et viles personnes, voilà tout. Et puis Dieu ferme les yeux sur leur avarice, alors lui non plus ne doit pas être un très bon berger. – Et mes ambitions/espoirs/rêves, dans tout cela ? Olympe aimerait vivre de son art, à savoir, la peinture. Elle est réellement très talentueuse. Mais n’ayant que peu de connaissances à la Cour, elle craint que son rêve ne se réalise pas de si tôt… Cependant, l’invitation de Sa Majesté pourrait lui apporter de nombreux avantages. Par ailleurs, elle espère que, quand elle deviendra peintre officiel du Roi, sa sœur et elle n’auront plus jamais besoin de recourir à de basses ruses pour survivre. Oui, avant tout, elle veut que sa sœur retrouve le sourire et qu’elle ne soit plus jamais aussi soucieuse. Elles souhaitent toutes deux ne plus avoir à se demander si elles auront quelque chose à manger aujourd’hui…



AU CŒUR DE L’HISTOIRE

  • Ne vous semble-t-il pas surprenant que deux demoiselles aussi talentueuses et pleines d’esprit soient nées de parents pauvres, méchants et illettrés ? Car les sœurs Highwood ont eu une enfance bien misérable, passée dans les bas fonds de Londres avec un père ivrogne et une mère aux mœurs douteuses. Face à l’adversité parentale, les deux sœurs ont noué des liens très forts, se protégeant l’une l’autre. Diane, l’aînée, se mettait courageusement entre son père et sa sœur et recevait les coups dudit paternel à la place de sa bien-aimée petite Olympe. Elles ont développé des caractères très différents (Diane étant très réservée et ayant un grand sens du devoir, et Olympe pleine de malice et d’envie de se sortir de la misère), mais pourtant elles sont inséparables et extrêmement attachées l’une à l’autre. Quand Olympe a eu quinze ans, elle a dit à Diane qu’elle ne supportait plus de vivre sous le joug de leurs parents, et qu’elle projetait de s’enfuir. Diane, plus sage qu’elle, trouvait que c’était une fort mauvaise idée, mais jamais elle n’aurait laissé sa sœur s’en aller sans l’accompagner. Ainsi, un soir, elles se sont toutes deux volatilisées, se mêlant clandestinement à l’équipage d’un navire en partance pour la France.
  • C’est à Paris qu’elles se sont découvert chacune des talents qu’elles soupçonnaient jusqu’alors à peine. Olympe esquissait des croquis très rapides des bourgeois qu’elle voyait passer dans la rue, tandis que Diane émerveillait les petits enfants du quartier en faisant de très jolis tours de magie qu’elle improvisait entièrement. Un marchand parisien repéra ces deux demoiselles aux cheveux flamboyants, et leur dit qu’elles devraient monter un petit spectacle. Il promit de les aider en négociant une modique somme d’argent. Les affaires allaient assez bon train. Leur spectacle se fit connaître parmi le petit peuple par le bouche à oreille. Finalement, en quelques mois, le parterre de leurs spectateur était constitué chaque jour d’une centaine de personnes, et celles-ci de plus en plus haut gradé dans la société. Olympe amusait la galerie en dessinant d’excellentes caricatures de grands personnages connus des Parisiens, pendant que Diane se mêlait à la foule captivée et leur dérobait subtilement de petits objets de plus ou moins de valeur. Cela allait de bagues de clinquant à des bracelets de perles, en passant par des écharpes de soie et des plumes de paon. Diane avait horreur de faire toutes ces choses, mais la vérité était que le marchand qui avait d’abord proposé de les aider à monter leur spectacle les tenait maintenant à sa merci. Il gardait dans un coffre les pièces de monnaie que les spectateurs donnaient aux deux demoiselles, ainsi que les objets que Diane volait subtilement. Il les nourrissait à peine et les logeait mal, mais elles étaient obligées de lui obéir, car elles n’avaient nulle part où aller ni aucune connaissance à Paris. Olympe, au lieu du peintre de génie qu’elle aurait pu être, était devenue une sorte de bouffon pour la populace, et Diane, loin de pouvoir exercer ses tours de passe-passe merveilleux avec le cœur léger, s’en voyait réduite à être le meilleure voleuse de tout Paris. Les choses demeurèrent ainsi pendant presque un an. Ce fut le temps nécessaire pour préparer leur fuite.
  • Avec un peu d’argent volé par les soins de Diane, les deux jeunes femmes purent retourner en Angleterre. Elles se sentaient criminelles, mais avaient bien l’intention de se sortir de leur existence misérable une bonne fois pour toutes. Une fois à Londres, elles finirent par réussir à monter un nouveau spectacle, mais cette fois dans de meilleures conditions. Hors de question de voler le public de nouveau. Elles avaient décidé de jouer honnêtement, cette fois. Elles eurent de nouveau du succès, mais désormais elles n’étaient contraintes par personne. Elles faisaient simplement ce qu’elles aimaient. Créer de belles illusions pour faire sourire les gens. Au bout d’une année de labeur, elles avaient économisé suffisamment d’argent pour s’offrir une petite salle dans un quartier pas trop mal famé de Londres. C’était un quartier où vivaient et commerçaient la plupart des marchands et bourgeois de la ville. Elles étaient encore loin du faste de Whitehall, mais les choses allaient de mieux en mieux. Dans la petite salle, elles installèrent des chaises et une scène, pour que les gens puissent venir assister au spectacle même l’hiver, quand il faisait froid. Au bout de deux ans, la salle prit des allures de petit théâtre, car les demoiselles purent la décorer, grâce au joli pinceau d’Olympe. Les grands bourgeois supplantèrent les petits au premier rang. Jusqu’au jour où un noble Courtisan peut-être égaré passa le seuil de leur porte. Il resta dans un coin pendant toute la représentation. Il revint tous les soirs de la semaine. Et de la semaine suivante. Un jour, à la fin du spectacle, il demanda finalement à rencontrer Diane. Il lui dit qu’elle et sa sœur avaient beaucoup de talent, et qu’il avait parlé d’elles au Roi. Sa Majesté, avide de divertissements toujours plus originaux les uns que les autres, aimerait les convier à la Cour pour quelques temps, de sorte à ce qu’elles présentent leur spectacle au courtisans.
  • Elles sont donc toutes deux arrivées à la Cour depuis une semaine, et attendent avec impatience que le Roi les somme de se produire devant lui. Rassurez-vous, mesdemoiselles, cela ne devrait plus tarder, connaissant Sa Majesté !



ET PLUS SI AFFINITE


Diane Highwood feat Amy Adams

Diane et Olympe sont sœurs. Elles se sont unies face à l’adversité. En effet, leurs parents étaient des gens ignobles et miséreux, et les quitter, pour échapper au sort bien triste de finir comme eux, a été assez vite un but ultime pour les deux demoiselles. Elles ne font presque rien l’une sans l’autre, ont connu les plus grandes joies et les plus grandes peines main dans la main. L’une serait prête à défendre l’autre jusqu’à son dernier souffle. Très complices, elles n’ont pas de secret l’une pour l’autre, et ce, malgré leur grandes différences de caractères. Elles se comprennent et se soutiennent mutuellement, sans jugement de valeur et sans condition. Elles sont pour ainsi dire inséparables.


Eloïse du Mauroi feat Emma Watson

Cette jeune personne est absolument captivante ! Olympe ne l’a croisée que trois ou quatre fois à la Cour, depuis son arrivée. Elle ne connaît pas son nom et ne sait rien d’elle. Mais elle n’arrête pas d’esquisser des croquis de son visage, de ses yeux, de son corps. Des obsessions, Olympe en a connues beaucoup. Elle est du genre passionnée, notre jolie rouquine, et elle se nourrit souvent de chimères et de rêveries insensées… Mais cette courtisane ne veut pas lui sortir de la tête. Voilà assez longtemps qu’une femme n’a pas retenu l’attention de notre artiste préférée ! Elle aimerait connaitre la demoiselle, savoir ce qu’elle a de plus que les autres pour éveiller chez elle un tel désir. Et si elle ne peut s’en guérir, alors, peu importe, Olympe a suffisamment de tours dans son sac pour parvenir à ses fins. La séduction tout en élégance n’a plus aucun secret pour elle, et ce depuis bien longtemps…


Alexandre Dulis feat Ed Westwick

Olympe ne le sait pas encore (car elle ne l’a pas encore rencontré, mais cela ne devrait pas tarder), mais elle trouvera bientôt chez le Vicomte un camarade à première vue très appréciable. Elle va très vite lui faire suffisamment confiance pour lui avouer qu’elle est homosexuelle et, surtout, qu’elle est tombée sous le charme d’une demoiselle à la Cour (Eloïse du Mauroi). Alexandre, très ouvert d’esprit, n’a pas idée de la juger là-dessus, et lui propose même son aide pour la séduire, ou du moins pour lui faire baisser sa garde. Comme Olympe ne connaît pas même le nom de ladite jeune femme, elle ne peut pas savoir que cette Eloïse dont lui parle parfois le Vicomte est la même que celle dont elle esquisse des portraits avec obsession. Olympe et Alexandre vont donc conclure un marché : le Vicomte fera semblant de courtiser Olympe pendant quelques temps, de sorte à laisser à celle-ci l’occasion de se rapprocher de la demoiselle sans que cette dernière ne se méfie. Parallèlement, Alexandre pensera rendre jalouse Eloïse en lui faisant croire qu’il courtise une autre jeune femme. Ils pensent ainsi arranger chacun ses affaires, dans ce petit jeu de rôle, mais les pauvres ne savent pas dans quoi ils vont s’embarquer ! Les deux nouveaux camarades vont donc décider de tendre un piège, sans le savoir, à la même personne, se lançant dans une sorte de triangle infernal d’amour, de jalousie, et de désir…


Anne Boleyn feat Natalie Dormer

Voilà à peine une semaine qu’Olympe est arrivée à la Cour du Roi Henry avec sa sœur qu’elle a déjà une foule d’idées dans la tête. La plupart de ces idées concernent bien évidement ce pour quoi elle est extrêmement douée : l’art de peindre. Le rêve actuel d’Olympe ? Profiter de son séjour à la Cour pour se faire des amis et plaire au Roi, dans le but de supplanter Holbein dans sa fonction de peintre officiel du Roi. Projet ambitieux, me direz-vous, mais la demoiselle pense avoir la solution pour retenir l’attention du Roi : elle aimerait beaucoup obtenir l’autorisation de peindre Anne Boleyn, sa favorite. Elle ferait d’elle un portrait immense et sublime qu’elle offrirait à Henry VIII, pour sa gloire et son bon plaisir. Car quoi de plus efficace que de prendre un homme par les sentiments en lui offrant une copie fidèle et sublimatoire de la personne qu’il aime le plus au monde ?... Et maintenant ? Eh bien, il faudrait déjà qu’Olympe trouve un moyen d’aborder la fameuse Anne Boleyn, et de la convaincre de ses talents d’artiste, ce qui ne sera pas forcément une mince affaire !...


Ascagne Gioiello feat Santiago Cabrera

Pour Ascagne, cette femme incarne tout ce qui ne lui plaît pas : l’impiété, la supercherie, et, pire que tout, elle n’apporte que des problèmes. La demoiselle, qui vient d’arriver à la Cour, ne s’est pas fait que des amis. Certaines courtisanes la trouvent étrange, et des murmures la poursuivent sans cesse. On dit qu’on l’a vue dans le jardin caresser la main d’une demoiselle. Une dame l’a récemment accusée publiquement de se montrer inconvenante. Olympe, pour se défendre, a répliqué ce qu’elle répond toujours lorsqu’on l’accuse de ne point aimer les bonnes personnes : « J’aime un jeune homme qui s’appelle Paul, et tout ce que vous avez entendu d’autre à mon sujet n’est que fable insultante ! ». Et la dame qui l’accusait n’étant pas tout à fait convaincue, lui demanda : « Et où est-il donc, ce Paul ? ». A ce moment là, Olympe a montré du doigt le premier homme qu’elle vit passer par ici : « C’est lui », répondit-elle en désignant Ascagne. Le jeune écuyer, n’ayant jamais vu Olympe de sa vie, allait se défendre, quel que soit ce dont on l’accusait, mais, voyant la mine paniquée et suppliante de la demoiselle, il observa le silence, par délicatesse. Ce n’est que lorsque tous ses camarades écuyers se mirent à faire des plaisanteries et à le surnommer « Paul », qu’Ascagne commença à s’interroger sur les intentions d’Olympe. Quoiqu’il en soit, le surnom de « Paul » lui est resté. Ceux qui ont cru le mensonge de la demoiselle et qui ne le connaissaient pas d’avant croient qu’il s’agit effectivement de son prénom, et ceux qui savent qu’il s’appelle Ascagne s’amusent néanmoins à le taquiner avec cet autre prénom. Et, désormais, tout le monde pense qu’Ascagne et Olympe vont bientôt se fiancer. Cela n’enchante guère le jeune homme, qui ne sait pas comment démentir tout en restant courtois. Olympe, de son côté, s’amuse fort de la tournure qu’ont pris les évènements, et elle est bien contente de s’être trouvé un « Paul », pour que son secret soit bien mieux gardé qu’il ne l’était auparavant.


Béatrice Cavendish feat Evan Rachel Wood

Avec toute la pression qu'elle se met sur les épaules, il arrive à Béatrice d'avoir ses jours de lâcher-prise. (même si ceci reste très rare) C'est un de ces soirs là, alors qu'elle avait trop bu, qu'elle a rencontré Olympe. La peintre lui a parlé de son art mais ensemble elles ont surtout discuté de son fameux Paul auquel Béatrice n'a jamais cru même si Olympe redoublait d'efforts. Mais, joyeusement ivre et lasse des mâles, la courtisane a vite fait comprendre qu'elle n'avait pas besoin de se cacher avec elle. Elles ont alors finalement passé la nuit ensemble. Ce qui n'était pas prévu est qu'elles se sont revues quelques jours plus tard et que le même scénario s'est reproduit. Sauf que, alors que Olympe lui fit part de son envie de remplacer Holbein en peignant Anne. Béatrice, un peu étourdie par l'alcool lui dit alors qu'elle n'avait qu'à la peindre elle puisqu'elle avait comme projet de remplacer Anne dans les plus brefs délais. Elle ne sait pas si Olympe l'a prise au sérieux, ce qu'elle n'espère pas. Dans le cas contraire elle affirmera qu'elle plaisantait mais elle ne met pas de côté l'idée de rallier Olympe à sa cause en lui promettant qu'elle deviendrait la peintre officielle. Après tout il faut des alliés dans tous les domaines. Pour savoir quoi faire elle souhaite donc la revoir et en apprendre plus sur les opinions de la jolie rousse.



Si vous avez des questions sur ce personnage,
merci de contacter Eloïse du Mauroi par MP.





N.B. : Diane et Olympe Highwood partagent la même histoire car jusqu’à maintenant, elles ont toujours vécu ensemble.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Olympe Highwood
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Où il est prouvé que l'Olympe peut être en fête sans Ferrero Rocher
» La messagère de olympe
» Les Dieux de l'Olympe et leurs rôles
» Inscriptions Partie 46 : Dieux de l'Olympe
» Les Dieux Grecs △ Mont Olympe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Beginning ::  :: Postes Vacants :: Les Postes Vacants :: Citoyens-
Sauter vers: