Forum RPG basé sur la série The Tudors
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les amours enterrées sont biens là où elles sont

Aller en bas 
AuteurMessage
Victoria Wellington


avatar

Messages : 517
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 22
Localisation : Tu ne me vois donc pas?

Otez votre Masque
Rang: Charmante Duchesse
Roi&Gouvernement:
Religion&Dieu :

MessageSujet: Les amours enterrées sont biens là où elles sont   Mer 22 Fév - 21:31

Ce matin-là était encore embrumé des rêves de la nuit. L'ombre d'une courtisane se dessina sur les pavées de la cour de Whitehall. En effet, mademoiselle Wellington avait décidé de profiter de la fraîcheur matinale pour aller déposer quelques bleuets sur la tombe de son défunt mari. Elle accrocha sur son visage un air de veuve éplorée car elle trouvait que la tristesse donnait à ses beaux yeux verts une sublime lueur mélancolique. Evidemment pour se rendre au cimetière, elle s'était parée d'une robe couleur bleue de la nuit car il aurait été mal vue qu'une femme aille pleurer son mari vêtue d'or. Les bienséances n'avaient aucuns secrets pour elle et elle savait fort bien s'en accommoder. Elle avait demandé à ce qu'un carrosse soit avancé pour elle dans la cour, n'ayant que faire du fait de réveiller les pauvres citoyens lorsque les roues dudit carrosse heurteraient le pavé des rues de Londres. Le principal était qu'elle voyage confortablement. Ne vous laissez pas prendre par le caractère champêtre des petites fleurs violettes qu'elle apportait généreusement à son mari. Son amour n'était qu'apparence de même que son interêt pour les choses simples de la vie. En effet, Victoria aimait tout ce qui étaient luxueux mais elle ne jugeait pas son mari digne d'un bouquet de roses ou de lis.

Lorsqu'elle remonta d'un pas lent et mesuré l'allée principale du cimetière; ce fut avec un sentiment de devoir accomplit. Elle eut même la générosité de forcer ses yeux à verser une ou deux larmes au-dessus de la tombe du duc de Champagne (sait on jamais que quelqu'un la surveille...). Et puis, elle lança avec indifférence le bouquet de bleuets sur la pierre tombale avant de faire demi-tour en se frottant les mains. Elle fit quelques pas, puis fit volte-face en sursautant. Elle avait failli oublier de faire une prière pour la salut de son époux. Elle croisa les mains et baissa modestement la tête. Puis elle se concentra. Longuement. En vérité elle ne connaissait aucune prière. A quoi bon écouter véritablement la messe quand on peut se contenter de faire semblant et de lancer à la place des regards malicieux au beau jeune homme d'en face ? Elle hésita longuement puis se lança:

"Je vous salue... Catherine... Heu, Marie ... Je vous salue Marie, pleine de grâce, notre Père est avec vous et votre fils fruit de vos espoirs se porte très bien. J'espère que mon mari est en bonne santé, merci. A bientôt."

Ce n'était pas si compliqué finalement. Affichant un sourire très content d'elle, Victoria s'apprêta à redescendre l'allée du cimetière pour s'en aller. Mais elle aperçu à quelques mètres la silhouette élancé et sculpturale d'un duc qu'elle avait l'honneur et le plaisir de connaître. Où Diable l'avait elle rencontré déjà ? La demoiselle essaya de remettre un évènement sur le visage du jeune homme.
Ces beaux yeux bleus taquins et charmeurs, ce sourire en coin des plus irrésistible, où les avait elle rencontrés ? Peut être par un bal donné par sa majesté. Elle ne s'en souvenait plus. Elle n'était captivée que par ses yeux, et en oubliait la notion du temps... Et même les bienséances ! Elle s'était plantée devant le duc de Sofolk, un grand sourire aux lèvres, mais n'avait absolument rien dit pendant quelques instants, trop occupée à chercher à ce souvenir de leur dernière rencontre.

Et puis soudain, elle secoua la tête et songea que dire bonjour serait la moindre des politesses:

"Monsieur le Duc ! Vous souvenez vous de moi ? Je suis Victoria Wellington. J'ai eu l'honneur de vous être présentée il y a quelques temps."

Pour le coup, elle en oublia les fleurs, son veuvage et ses airs de pauvre amante éplorée. Un air radieux illuminait son visage creusé de fossettes, tendis qu'elle souriait à Charles Brandon.

_________________
Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-tudors-beginning.forumgratuit.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les amours enterrées sont biens là où elles sont   Mer 14 Mar - 2:49

Ce matin-là, Charles Brandon venait encore une fois de se disputer avec sa douce femme, oui pouvons-nous vraiment dire que Margaret est douce, bon pas bien grave ce n'est pas très important.

Bref, le Duc venait encore une fois de traverser un moment des plus désagréable, car sa femme lui reprochait de la délaisser et de préférer aller voir ailleurs . Ce n'est pourtant pas la faute du pauvre homme d'aimer trop les femmes et qu'en plus son épouse était enceinte. Il avait peur de lui faire du mal s'il osait la toucher et qu'elle perde leur enfant, mais cela la princesse ne semblait pas vouloir le comprendre. Il avait manqué ce jours-là de recevoir un chandelier en pleine figure gracieuseté de son adorable épouse.

Ne pouvant plus supporter cela il fit la chose qu'il faisait toujours, il alla à l'écurie et prit son cheval et partit au galop loin de cette maison maudite.

Plus, le Duc s'éloignait, mieux il se sentait au point de même chantonner le long du trajet. Un endroit où elle était certain qu'il trouverait la paix était dans le cimetière au travers des pierres mémoires des âmes au ciel. Il aimait particulièrement s'y promener y trouvant une certaine paix et même que des idées germaient dans son esprit malgré la proximité de la mort. De toute façon, il était certain que nous allions tous mourir un jour.

Brandon s'arrêta un moment devant une pierre tombale et ferma les yeux écoutant le silence et savourant la douce température du moment.

Tout à coup, il se mit sur ses gardes en posant sa main sur la paume de son épée , car des bruits de pas légers se firent entendre à ses oreilles. Ce ne pouvait pas être un homme sinon il aurait été moins discret à moins que ce ne soit pas un professionnel qui tenterait de vouloir le prendre par surprise et le tuer, car il avait bon nombres d'ennemis à la Cour et plusieurs espéraient sa mort.

Gardant les yeux fermés, Sofolk se concentra et était sur le point de sortir son arme, quand tout à coup une voix mélodieuse et ravissante qu'il semblait connaître se fit entendre. Charles ouvrit ses grands yeux profonds et croisa toute de suite le plus beau et le plus troublant des regards qu'il n'avait vu jusqu'à maintenant.

Le Duc resta bêtement à la regarder et sentit même son coeur accélérer tant la beauté de la jeune femme le rendait fou. encore, aucune femme n'avait point réussi à lui faire cela pas même la Princesse Margaret qui n'avait été qu'un attrait . Il ne chercha point à ce souvenir d'où il la connaissait, car en fait depuis sa première rencontre avec elle, il ne cessait de penser à la Duchesse qui faisait partie toujours de ses rêves et en devenait presque une obsession pour lui . Pouvait-il croire qu'il en était amoureux ? Non sans doute que non Charles Brandon ne connaît qu'une chose et c'était le désir de pouvoir séduire et de posséder une femme . Il se dit que Victoria devrait bien le trouver stupide de ne point lui répondre immédiatement et de la fixer ainsi de son regard désireux et ravageur.

Le Duc fini par ouvrir la bouche et prit délicatement la main de la Duchesse et la garda un moment dans la sienne voulant profiter du contact si doux et agréable du satin de sa peau et fini par venir déposer ses lèvres sur le dessus et il les garda un peu plus longtemps que la décence le permettait, mais il voulait garder le goût sucré et parfumé de la belle sur sa bouche.

Charles se releva la regardant doit dans les yeux libérant délicatement la main et dit avec ce fameux sourire qu'aucune femme ne pouvait résister :


Milady Wellington c'est un plaisir de vous revoir. Comment ne pourrai-je me souvenir d'une aussi belle créature que vous ? Me voilà comblé de pouvoir avoir la chance de vous voir seule presque en tête à tête. J'espère que mes paroles ne vous offense point, mais il est difficile pour moi de pouvoir résister à être franc avec vous . Il est étrange de vous trouver ici si bon matin dans un lieu si lugubre et sinistre, car votre vraie place se trouve parmi les plus beaux paysages...

Charles ne pouvait s'empêcher d'être choquant et charmeur c'était dans sa nature et il savait qu'en général les femmes aimaient bien cet homme sauf son épouse qui n'acceptait toujours pas cela.

Restant face à elle il tendit son bras vers elle pour l'inviter à venir s'y accrocher et marcher un peu ensembles . Brandon continua en disant :


Est-ce que cela perturberait Milady si je lui demandai de me tenir compagnie pour la journée je n'ai rien de mieux à faire ...

Charles avait du mal à se contenir tant cette femme le captivait d,un simple regard , Victoria avait capturé tout son être et son âme et tout ce qu'il rêvait c'était de pouvoir poser sa main sur ce corps sublime et sentir le grain de sa peau sous ses doigts.

Cela pouvait sans doute se voir dans ses yeux, mais il n'allait point lui dire cela tout de même un peu de retenue je vous pris...
Revenir en haut Aller en bas
Victoria Wellington


avatar

Messages : 517
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 22
Localisation : Tu ne me vois donc pas?

Otez votre Masque
Rang: Charmante Duchesse
Roi&Gouvernement:
Religion&Dieu :

MessageSujet: Re: Les amours enterrées sont biens là où elles sont   Dim 18 Mar - 11:55

Il s'en suivit un long silence. Un très long silence. Silence qui embarrassait bien notre pauvre duchesse, qui ne savait que faire. Peut-être s'était elle trompée de personne ? Peut-être que ce charmant homme devant elle n'était pas le Duc en question ? Peut être était-il muet ? Victoria voyait déjà des rumeurs courir : "La jeune Wellington adresse la parole à un pauvre muet venant prier sur la tombe de sa femme". Elle devait partir. Elle s'interdisait de passer pour une folle aux yeux de la Cour. Elle ne pensait pourtant pas s'être trompée... Comment oublier un visage aussi parfait que celui de cet homme? Ce sourire charmeur qui vous pique le coeur tel une flèche de Cupidon... Ces yeux doux qui vous laissent béate devant une telle couleur... Ce... Ce....
Le Duc attrapa délicatement la main de la duchesse pour y déposer un léger baiser. Elle sentit aux contact de ses douces lèvres, ses poils se hérisser. Elle devait se retenir. Elle était une femme. Une duchesse. Elle était forte et elle ne devait pas lui montrer qu'il lui plaisait. Ou alors discrètement. Mais ce que vous ne savez pas, cher lecteur, c'est que la duchesse et la discrétion font deux, voire plus !

Elle écouta le duc, qui n'était finalement pas muet, la saluait. Quand il lui expliqua qu'il trouvait cela étrange de la trouver dans un cimetière, la jeune duchesse se retint pour ne pas lui dire qu'elle aussi, trouvait cela étrange d'être dans un cimetière. Ô comme elle haïssait son mari à ce moment précis. Ô comme elle détestait devoir dire qu'elle était veuve à un charmant homme. Elle réfléchit quelques instants. Était il vraiment bien utile de lui dire qu'elle venait déposer des fleurs sur la tombe de son mari ? Était-ce vraiment important ? Cela ne lui apporterait rien après tout. Mis à part le fait de croire que miss Wellington était une femme abattue par la mort de son mari.

"M'offenser ? Pourquoi cela ? Je comprends tout à fait votre curiosité. A vrai dire, je venais simplement m'inspirer de cette atmosphère si lugubre pour... pour... Enfin, ce n'est pas important. Je vous le dis, ça ne vous intéressera pas... Comment vous portez-vous, monsieur le Duc ?"

Victoria sourit, fière d'elle. Elle était persuadée d'avoir réussis à aiguiller la conversation vers un autre sujet que celui de son mari. Il valait d'ailleurs mieux pour elle qu'il ne voit pas la tombe de son mari... Pitié, qu'il ne passe pas devant ! La jeune femme commença a rougir et à se dire qu'il aurait peut être mieux valu lui dire la vérité. Elle fut rassurée quand elle entendit le bel homme lui proposer de partager sa journée avec elle. Offre à laquelle la duchesse ne put s'empêcher de répondre sur un ton empressé :

"Oui je le veux !"

Elle rougit encore plus. Sa réponse n'était elle pas un petit peu... étrange ?

"Ce n'était pas ce que je voulais dire ! Enfin si, je veux passer la journée avec vous, mais comprenons-nous bien... En disant "oui je le veux", c'était "oui je le veux, passer la journée avec vous"..."

A ce moment précis, la belle regretta de ne pas être un asticot pour pouvoir s'enfoncer sous terre. Il allait penser qu'elle était folle, c'était sûr. Il allait regretter de lui avoir proposé de passer la journée avec elle, et elle, allait se retrouver seule. Elle s'en voulait tellement. Elle attrapa le bras du Duc. La tombe de son mari était devant elle , à quelques mètres. Elle se tourna rapidement, entraînant l'homme avec elle.

"Pourrions-nous avancer par là ? Je n'ai jamais visité ce côté là du cimetière !... Vous pourrez profiter de notre promenade pour me raconter ce que vous faites ici. Il est rare de voir aussi bel homme dans un lieu aussi macabre !"

Elle leva la tête vers le duc, et lui sourit en coin, ce qui eut pour effet de creuser une jolie fossette sur sa joue. Zut, elle venait de lui dire qu'il était beau ! Enfin, comment pourrait-il l'ignorer ? Il était de notoriété publique que Charles Brandon était un Adonis... Et elle, elle faisait aussi bien des jalouses, avec ses beaux yeux turquoise et son sourire étincelant. Ainsi, ce fut un très joli couple que nous vîmes redescendre l'allée centrale du cimetière en se tenant le bras...

_________________
Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres ;
Adieu, vive clarté de nos étés trop courts
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-tudors-beginning.forumgratuit.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les amours enterrées sont biens là où elles sont   Jeu 12 Avr - 17:50

( Je réponds ce soir promis :) sinon on aura le droit de me fouetter :P )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les amours enterrées sont biens là où elles sont   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les amours enterrées sont biens là où elles sont
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grim ▬ Quand les brebis enragent, elles sont pires que les loups. (end)
» Elles sont bonnes, elles sont brutes et elles truandent ! [PV Kory/Méliss']
» elles sont belles, les entreprises françaises...
» Que vos cheveux sont soyeux, Que vos yeux sont brillants ! C'est pour mieux vous manger mon enfant ! [Megan]
» Les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être. [Lyina K. / Esther K.S.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Beginning ::  :: La ville de Londres :: Place des Exécutions, Cimetière :: Cimetière-
Sauter vers: