Forum RPG basé sur la série The Tudors
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Marguerite de Navarre

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Fou du Roi
Admin
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Marguerite de Navarre   Lun 28 Nov - 17:26


♔ M a r g u e r i t e d e N a v a r r e

« Corps féminin, coeur d’homme, tête d’Ange »
feat. Keira Knightley

LIBRE RESERVE(E) PRIS(E)

Marguerite de Navarre – 27 ans – Née le 11 avril 1492 à Angoulême – Mariée à Henry II d'Albert, Roi de Navarre – Reine de Navarre – Orientation sexuelle : Diantre, si elle pouvait n’aimer que l’intelligence, elle préfèrerait les femmes, mais puisqu’il lui faut aimer le pouvoir, sa préférence va aux hommes… – Que penser du Roi Henry VIII ? Et dire qu’ils ont failli se fiancer ! Enfin, Marguerite a toujours eu énormément de prétendants… Henry en faisait partie. C’était du temps où il n’était que le Duc d’York, et non Roi d’Angleterre (puisqu’à cette époque, Arthur, son frère aîné, régnait sur l’Angleterre)… Un Duc anglais n’intéressait pas tellement la haute famille de Marguerite, qui préférait de loin les Français. Mais, maintenant qu’Henry est Roi (et c’est un très grand Roi, il faut le dire), il y a de quoi regretter les choix du passé ! Comme cela aurait été prestigieux, une alliance entre la France et l’Angleterre ! Désormais, le Roi François Ier de France, le frère de Marguerite, n’aime pas tellement que sa sœur fasse autant de voyages en Angleterre. Marguerite n’en a que faire. Elle s’ennuie mortellement auprès de son stupide époux, or, la Cour du Roi Henry offre bien des distractions… – Que dire sur la Religion ? Entendons-nous bien : en tant que sœur du Roi de France, elle ne peut se montrer favorable à la Réforme. En tant que femme de lettres, extrêmement spirituelle, elle s’intéresse de très près aux idées religieuses nouvelles, et notamment celle que la vie du chrétien se déroule au plus profond de lui-même, et qu’il se doit donc de l’entretenir, aussi bien en allant à l’église qu’en autonomie (et c’est là un point polémique). Elle est dans un « entre deux » assez inconfortable, finalement, en ce qui concerne la question de la religion. – Et mes ambitions/espoirs/rêves, dans tout cela ? Elle a pour vocation de ne jamais s’ennuyer. Or, avec un mari bien moins intelligent qu’elle, dont elle a du mal à supporter la compagnie, il lui est parfois fort difficile de se distraire. Elle se passionne pour la lecture et l’écriture. Les joutes verbales font son bonheur. C’est ainsi qu’elle finira par être considérée comme « la Marguerite des Marguerites ».



AU CŒUR DE L’HISTOIRE

  • Fille de Charles d’Orléans et de Louise de Savoie, Marguerite apprit très tôt à aimer la littérature, ses parents étant tous deux des amis des Lettres et possédant une magnifique bibliothèque riche de trésors littéraires que Marguerite ne se priva jamais de dévorer. Sa mère s’est occupée de choisir pour ses enfants plusieurs instructeurs. Ainsi, Marguerite eut une « maîtresse des mœurs », nommée Blanche de Tournon (une jeune et très jolie personne qui apprit à la demoiselle les raffinements de l’âme et la modestie du comportement), un professeur des « choses à connaître » et de latin, ainsi qu’un professeur de philosophie.
  • Dès son plus jeune âge, les prétendants se sont bousculés : Arthur, futur Roi d’Angleterre, ainsi que son frère le Duc d’York (qui deviendra Roi à son tour quelques années plus tard : il s’agit du Roi Henry VIII en personne),Le Roi Christian II de Danemark, le Marquis de Montferrat, ainsi que le Duc de Calabre… Mais le choix de ses parents se porta finalement sur le Duc d’Alençon, Charles IV, dont le mariage avec Marguerite servirait à mettre fin à une querelle entre la maison d’Alençon et la maison d’Angoulême.
  • Marguerite est plutôt malheureuse en ménage. Son mari, loin d’être dépourvu de qualités, n’est pourtant pas digne de son épouse, et ne l’égale en rien. Marguerite se retrouve pour ainsi dire « enfermée dans un sombre château médiéval, entre une belle-mère très pieuse et un mari illettré, d’esprit militaire ».
  • Mais lorsque François, son frère cadet, devint Roi de France, la situation matérielle de Marguerite s’améliora considérablement. Le Roi organise nombre de bals auxquels elle assiste avec joie et soulagement, il la couvre de cadeaux (car il aime sa sœur tendrement et déplore peut-être son mariage avec un homme qui lui est tellement inférieur) et l’invite à des fêtes. Parallèlement, elle a l’honneur d’être invitée de temps à autres à la Cour d’Angleterre, où elle passe de fréquents et de très agréables séjours. Bientôt, une rivalité entre les Cours de France et d’Angleterre se met en place : ce sera à celle des deux qui comptera en son sein le plus grand nombre de personnalités importantes, d’esprits raffinés, et de noms prestigieux. Marguerite est ainsi partagée entre sa terre natale, qui fait tant battre son cœur, et sa terre d’exil, qui lui permet d’exercer ses talents de femme du monde, protectrice des arts, et fine littéraire… et, à dire vrai, cela l’amuse beaucoup !
  • Cependant, en 1527, son époux meurt, la laissant seule et sans enfant, c'est-à-dire libre de se remarier. La chance tourna en faveur de Marguerite, qui, en épousant Henry II d'Albert, passe du statut de Duchesse à celui de Reine de Navarre. Depuis deux années, de bien heureux évènements se succèdent : elle a donné naissance à une fille, Jeanne, qui est actuellement âgée d'un an, et elle est enceinte d'un deuxième enfant (un fils qui s'appellera Jean mais qui mourra à l'âge de six mois, au cours de l'année 1530).



ET PLUS SI AFFINITE


Henri II de Navarre feat Christian Bale

Son époux. Elle semble apprécier sa compagnie et le tenir en meilleure estime que son ancien mari. Il a parfaitement conscience qu'il ne s'agit nullement d'un mariage d'amour mais d'argent. Et pourtant, malgré cela, il admire sa femme, fine lettrée et se désole de ne pas être à son niveau et de ne pas réussir à la distraire. Il ne s'avoue cependant pas vaincu et commence à déployer des trésors de patience pour la faire tomber sous son charme. Il l'aime sincèrement et tente d'apprendre plus de choses sur l'art et la littérature afin de lui plaire.


François Ier de France feat Emmanuel Leconte

Il s’agit du frère cadet de Marguerite, qui n’est autre que l’actuel Roi de France. François et Marguerite s’aiment tendrement et ont beaucoup de respect l’un pour l’autre. Même si les allers-retours que fait Marguerite en Angleterre agacent son frère, celui-ci n’arrive pas à en tenir rigueur à sa sœur bien longtemps (il faut dire qu’elle sait s’y prendre pour se faire pardonner auprès de son cadet). Pour Marguerite, François est un grand Roi, qui rayonne et donne de l’éclat à la France entière. Mais il est aussi son rayon de soleil et la raison pour laquelle elle ne s’attarde jamais trop longtemps en Angleterre, même si ses séjours de l’autre côté de la Manche lui font en général beaucoup de bien et l’aident à oublier son triste époux…


Andrew Boleyn feat Jude Law

Certes, Marguerite connaît fort bien la réputation scabreuse du Comte, mais comme toute femme d'esprit fin qui se respecte, prêter attention aux "on dit" n'est pas dans la nature de la jeune femme. Elle préfère de loin se faire sa propre opinion du Comte, avant de le juger trop sévèrement. Or, Marguerite trouva en lui un homme cultivé, d'agréable compagnie, mais au caractère complexe, d'humeur changeante. Elle lui donna bien volontiers son amitié, mais n'oublia jamais qu'il peut s'avérer dangereux de jouer avec un homme tel que lui... Elle sait qu'il est odieux avec son épouse, Alice, et se demande souvent comment un homme tellement galant et raffiné en public peut s'avérer aussi insupportable en privé...


Henry VIII d’Angleterre feat Jonathan Rhys Meyers

Le Roi d’Angleterre est quelqu’un que Marguerite estime beaucoup. Elle le connaît à dire vrai assez peu, malgré le fait qu’ils ont failli être fiancés. Néanmoins, il passe pour un humaniste, or, Marguerite ne peut que respecter les hommes de valeur tels que les humanistes. Lorsqu’elle séjourne à la Cour d’Angleterre, elle brille dans les salons du Palais royal par son esprit aiguisé et sa répartie enthousiasmante. Ainsi, le Roi admire-t-il en retour cette jeune personne tellement spirituelle… et si jolie, aussi ! Et puis, il faut aussi avouer que sa Majesté est bien content de savoir que François Ier est jaloux du temps que passe sa sœur en Angleterre… Les petites rivalités entre monarques sont parfois distrayantes !

Si vous avez des questions sur ce personnage,
merci de contacter Eloïse du Mauroi par MP.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Marguerite de Navarre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une complicité difficilement séparable...(PV Petite Marguerite)[FINI]
» marguerite + la luxure coule dans mes veines
» La journée de la femme : Louise Marguerite de Bréville
» Marguerite Leduc
» Jean Delisle et Marguerite Lafleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Beginning ::  :: Postes Vacants :: Les Postes Vacants :: Dignitaires Etrangers-
Sauter vers: