Forum RPG basé sur la série The Tudors
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ascagne Gioiello

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Fou du Roi
Admin
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Ascagne Gioiello   Mar 3 Avr - 15:21


♔ Ascagne « Paul » Gioiello

« On a beau répondre froidement, si on répond trop vite, c’est par passion. »
feat. Santiago Cabrera (avatar négociable)

LIBRE RESERVE(E) PRIS(E)

Ascagne Gioiello, dit « Paul » – 22 ans – Né le 12 août 1507 à Londres – Célibataire amoureux d’une étoile – Ecuyer du Duc de Suffolk (Charles Brandon) – Orientation sexuelle : Il est attiré par les femmes en général, et par les femmes pieuses en particulier. – Que penser du Roi Henry VIII ? Il donnerait sa vie pour sauver son Roi, car c’est ainsi qu’agirait un bon chevalier, et parce qu’il respecte infiniment Henry VIII, conscient du fait qu’il lui doit absolument tout. Cependant, il ne peut s’empêcher d’éprouver de la rancœur envers lui, lorsqu’il constate que ce roi néglige tous ses devoirs envers sa Reine, qu’il traite de manière infâme, en faveur de cette trainée d’Anne Boleyn… – Que dire sur la Religion ? La religion est une des rares choses de la vie humaine qui vaille réellement la peine que l’on se batte pour elle, que l’on se sacrifie pour elle. Le jeune homme est contre la Réforme, mais il croit qu’il serait bon d’entrer en guerre contre les hérétiques luthériens, et de les mettre à genoux une bonne fois pour toute. – Et mes ambitions/espoirs/rêves, dans tout cela ? Jusqu’à très récemment, sa seule ambition était de devenir Chevalier, tout comme le fut son père avant lui. Aujourd’hui, il n’est plus certain de sa résolution. S’il sait que le Roi a l’intention de l’adouber prochainement, il commence à redouter le moment où il lui proposera de lui faire cet immense honneur. Pour quelle raison ? Mais parce qu’un chevalier a pour premier devoir d’être fidèle en tout point à son roi. Or, si vous voyez parfois le jeune homme soupirer et prendre une mine fort sombre, c’est parce qu’il aime son roi, mais qu’il sent qu’il aime encore plus… sa reine.



AU CŒUR DE L’HISTOIRE

  • Le père du jeune homme était italien, d’une assez noble famille vénitienne, mais sa mère était une véritable Anglaise de très bonne naissance. Lors d’un voyage en Angleterre, son père est tombé amoureux de Londres, mais aussi et surtout du joyaux qu’il contenait : la belle et jeune Elizabeth, qu’il eut le droit d’épouser après avoir fait ses preuves et être devenu chevalier du Roi. C’est d’une union amoureuse qu’est donc né Ascagne. Le jeune homme a grandi avec l’idée qu’il deviendrait un jour, à l’instar de son père, un très vaillant chevalier, et il a passé son enfance et son adolescence à s’entraîner sans relâche dans ce but. S’il prend exemple sur son père en ce qui concerne le métier des armes et l’art de l’équitation, c’est à sa mère qu’il doit son esprit droit et rigoureux, d’une fidélité à toute épreuve. Cette grande dame est l’une des plus respectables de la Cour, non par son rang mais plutôt grâce à son comportement en toute circonstance irréprochable. Elizabeth a appris à son fils ce qu’est la courtoisie et la fin’amor, en même temps qu’elle lui a montré qu’il faut toujours avoir foi en Dieu, car alors jamais Il ne l’abandonnera. C’est donc avec des valeurs chevaleresques en tout point qu’Ascagne grandit dans l’espoir de devenir un chevalier accompli.
  • Dès l’âge de douze ans, il est devenu galopin à la Cour d’Angleterre (c’est-à-dire qu’il s’occupait, avec les autres garçons de son âge, de nettoyer les écuries royales). Cette fonction lui permettait aussi de regarder les chevalier s’entraîner, ce qui le confortait dans l’idée qu’il voulait devenir un jour comme eux. Puis, vers quatorze ans, il est devenu page. Sa fonction principale était de s’occuper des chevaux, mais il lui fallut aussi apprendre à chasser dignement (art pour lequel il se distingua presque immédiatement) et à monter à cheval comme un chevalier. Il fut également attaché au service d’une dame de la Cour. Comme il était sans conteste le meilleur page de la Cour et que tous les écuyers en disaient beaucoup de bien, le Roi eu la bonté de le mettre au service de la plus grande et la plus belle de toutes : la Reine Catherine d’Aragon. Il se serait montré courtois et respectueux envers n’importe quelle dame. Mais, pour celle-ci, il fut le plus prévenant de tous les serviteurs, le plus attentionné. Et la dame, en retour, se montrait aimable et bienveillante envers lui. Il resta deux ans à son service, puis il fut temps pour lui de devenir écuyer, et de se mettre au service d’un homme de la Cour. Le jour où il dit au revoir à la Reine, il était heureux à l’idée de passer écuyer, mais, sans qu’il ne comprenne véritablement pourquoi, il se sentait aussi effroyablement démuni et il avait l’impression d’abandonner la meilleure des femmes contre son gré.
  • Cependant, Catherine d’Aragon lui avait fait un cadeau d’adieu inestimable : elle avait discrètement parlé de lui à son époux, et lui avait dit combien Ascagne était un jeune homme distingué et prévenant. Ainsi, le roi décida qu’Ascagne serait l’écuyer de son meilleur ami, Charles Brandon. Etre l’écuyer d’un tel homme était un honneur auquel Ascagne n’aurait pas osé songer, si la Reine ne lui était pas venue en aide. A l’âge de seize ans, il fut donc nommé écuyer et damoiseau du Duc de Suffolk. Il devait ainsi lui apporter aide et soutien pendant les tournois, participer aux chasses avec lui, ce qui était un véritable privilège, et lui jurer de l’accompagner faire la guerre, dans l’éventualité où une guerre se déclencherait pendant qu’il serait à son service. Aujourd’hui, Ascagne est sans conteste un écuyer accompli, et lui plus que tous les autres peut prétendre au titre de chevalier. Cependant, Ascagne doit attendre que Charles Brandon ne soit plus en disgrâce aux yeux du Roi, pour pouvoir espérer être nommé chevalier prochainement. En effet, tant que le Duc est banni de la Cour, Ascagne, lui, se doit d’y demeurer, mais il n’est plus au service d’un chevalier en particulier. C’est donc impatiemment que le jeune homme attend que le Roi pardonne au Duc d’avoir épousé sa sœur. Ainsi, lorsque Brandon sera de retour à la Cour, Ascagne pourra sans l’ombre d’un doute être nommé chevalier immédiatement…



ET PLUS SI AFFINITE


Catherine d’Aragon feat Maria Doyle Kennedy

De ses quatorze à ses seize ans, Ascagne a été mis au service de la Reine. Il était son page. Cette charge était un immense honneur à ses yeux, et il a fait beaucoup de jaloux parmi les autres pages. Il a été immédiatement très attaché à la Reine, d’abord parce qu’il respectait sa droiture et sa loyauté, ensuite parce qu’il admirait sa bonté et son dévouement à Dieu. La Reine, de son côté, n’a jamais eu à se plaindre d’Ascagne : c’était à croire qu’il devinait ses volontés avant même qu’elle n’ait à ouvrir la bouche et à prononcer le moindre mot. Il était très attentionné et dévoué. La dame, qui se sentait seule, exilée loin de son Espagne natale, a vu en lui un allié, quelqu’un en qui elle pouvait mettre toute sa confiance. Ascagne n’oublia jamais de se montrer respectueux envers elle, car il avait conscience qu’il n’était rien face à elle, mais malgré cela, une certaine complicité finit par naître entre eux. Ils ne se parlaient pas beaucoup, mais il se comprenaient fort bien. Lorsqu’il quitta son service pour devenir écuyer, ce fut avec le cœur un peu lourd, comme s’il perdait une chère amie, alors qu’il ne quittait finalement que sa maîtresse pour prendre un nouveau maître. Il ne la vit plus beaucoup, pendant quelques années, trop occupé par sa charge d’écuyer. Mais il ne cessa de remarquer, à chaque fois qu’il lui arriva de la croiser à Whitehall, qu’elle devenait de plus en plus pâle, que son beau visage était toujours plus sombre, et qu’elle semblait chaque fois un peu plus triste. Cela ne lui fit pas seulement de la peine : il en fut indigné et affligé. Et cette Anne Boleyn, c’est odieuse prétentieuse, c’était à cause d’elle que la plus gracieuse des femmes souffrait, c’était à cause de cette ensorceleuse que la Reine était malheureuse. Depuis quelques temps, Ascagne s’aperçoit que chacun de ses pensées n’est tournée que vers elle, vers cette femme admirable et pieuse. Et malgré les distances et les interdits, le jeune homme sent naître en lui un amour inconditionnel pour Catherine, et ce, même s’il essaie de s’empêcher de toutes ses forces de l’aimer.


Charles Brandon feat

Lorsqu’il est devenu écuyer, le Roi a nommé Ascagne au service de son meilleur ami, Charles Brandon. C’était encore un insigne honneur que lui fit le roi en le choisissant pour servir cet homme de renom. Ascagne pouvait être tout à fait certain qu’après quelques années au service du Duc de Suffolk, il serait nommé chevalier, comme il en a toujours rêvé. Malgré cela, Brandon tomba en disgrâce en épousant la sœur du Roi sans son consentement. Il dut quitter la Cour de laquelle il était banni, et Ascagne dut le voir partir sans pouvoir rien pour l’aider. Il demeure écuyer à la Cour, mais puisque son chevalier en est absent, il n’est plus attaché au service de personne en particulier, ce qui est une position assez frustrante. Jusqu’à ce que le Roi pardonne au Duc, Ascagne est incertain de son avenir. C’est pourquoi il attend avec impatience le retour du Duc à la Cour, car ce n’est qu’alors que le Roi décidera très certainement de le nommer chevalier.


Olympe Highwood feat Lily Cole

Pour Ascagne, cette femme incarne tout ce qui ne lui plaît pas : l’impiété, la supercherie, et, pire que tout, elle n’apporte que des problèmes. La demoiselle, qui vient d’arriver à la Cour, ne s’est pas fait que des amis. Certaines courtisanes la trouvent étrange, et des murmures la poursuivent sans cesse. On dit qu’on l’a vue dans le jardin caresser la main d’une demoiselle. Une dame l’a récemment accusée publiquement de se montrer inconvenante. Olympe, pour se défendre, a répliqué ce qu’elle répond toujours lorsqu’on l’accuse de ne point aimer les bonnes personnes : « J’aime un jeune homme qui s’appelle Paul, et tout ce que vous avez entendu d’autre à mon sujet n’est que fable insultante ! ». Et la dame qui l’accusait n’étant pas tout à fait convaincue, lui demanda : « Et où est-il donc, ce Paul ? ». A ce moment là, Olympe a montré du doigt le premier homme qu’elle vit passer par ici : « C’est lui », répondit-elle en désignant Ascagne. Le jeune écuyer, n’ayant jamais vu Olympe de sa vie, allait se défendre, quel que soit ce dont on l’accusait, mais, voyant la mine paniquée et suppliante de la demoiselle, il observa le silence, par délicatesse. Ce n’est que lorsque tous ses camarades écuyers se mirent à faire des plaisanteries et à le surnommer « Paul », qu’Ascagne commença à s’interroger sur les intentions d’Olympe. Quoiqu’il en soit, le surnom de « Paul » lui est resté. Ceux qui ont cru le mensonge de la demoiselle et qui ne le connaissaient pas d’avant croient qu’il s’agit effectivement de son prénom, et ceux qui savent qu’il s’appelle Ascagne s’amusent néanmoins à le taquiner avec cet autre prénom. Et, désormais, tout le monde pense qu’Ascagne et Olympe vont bientôt se fiancer. Cela n’enchante guère le jeune homme, qui ne sait pas comment démentir tout en restant courtois. Olympe, de son côté, s’amuse fort de la tournure qu’ont pris les évènements, et elle est bien contente de s’être trouvé un « Paul », pour que son secret soit bien mieux gardé qu’il ne l’était auparavant.


Si vous avez des questions sur ce personnage,
merci de contacter Eloïse du Mauroi par MP.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ascagne Gioiello
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Beginning ::  :: Postes Vacants :: Les Postes Vacants :: Domestiques-
Sauter vers: