Forum RPG basé sur la série The Tudors
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Edward Luttrell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Fou du Roi
Admin
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Edward Luttrell   Ven 27 Avr - 18:46


♔Edward Luttrell

« Le voyage, comme l'amour, représente une tentative pour transformer un rêve en réalité »
feat. Ian Somerhalder

LIBRE RESERVE(E) PRIS(E)

Prénom Nom : Edward Luttrell – Age : 29 ans – Date et lieu de naissance : 17 mars 1500, château de Dunster – Situation matrimoniale : célibataire– Titres de Noblesse : marquis de Dunster– Orientation sexuelle : Hétérosexuel – Que penser du Roi Henry VIII ? Il ne l'a vu que quelques fois, mais il lui semble être un homme bon et comme lui, un homme amoureux. Edward est également favorable à sa politique en général même s'il trouve que sa manière de présenter les choses au peuple manque un peu de délicatesse.– Que dire sur la Religion ? Il est protestant mais s'intéresse peut à Dieu et préfère profiter de son heureuse existence de pécheur. Quant à la réforme, il aurait tendance à y être favorable, même s'il apprécie trouve que la reine est une femme tout à fait digne de son rang. Et après tout, un peu de changement ne peut être que bénéfique, ne manque plus que l'appui du peuple. – Et mes ambitions/espoirs/rêves, dans tout cela ?Il aimerait avant tout avoir la chance de s'expliquer avec la femme qu'il aime, quel que soit le temps qui lui faudra. En attendant de pouvoir lui adresser la parole, il profite d'être à la cour pour se faire remarquer en tant qu'homme de savoir dont les connaissances, notamment en matière de politique étrangère, pourraient en aider plus d'un. Il ne serait donc pas contre gagner un peu d'influence à la cour.



AU COEUR DE L'HISTOIRE

  • Edward Luttrell n'eut jusqu'alors pas une vie hors du commun. Il ne fut pas un chef de guerre, ni politicien de génie, mais son histoire mérite tout de même qu'elle soit contée.
    Fils de Georges et d'Emily Luttrell, il naquit au château de Dunster en mars 1501. C'est dans cette demeure qui appartenait à la famille depuis plusieurs générations qu'il grandit dans une certaine prospérité. Quelques années après sa naissance, Emily donna la vie à un autre garçon répondant au nom de Richard. Georges quand à lui n'était là que rarement, trop occupé à Londres pour avoir le temps de passer quelques précieux instants avec sa femme et ses deux fils.
    Dès son jeune âge, Edward reçut donc une bonne éducation promulguée par un précepteur quelque peu sévère, mais juste et qui le tira vers le haut, lui donnant le goût du savoir et l'amour des arts. Il aimait énormément avec son frère avec qui il partageait tout son temps libre entre deux leçons d’arithmétique. Mais à l'hiver 1512, le jeune Richard perdu la vie à la suite d'un mal fulgurant qu'aucun médecin ne sut guérir. Cet épisode marqua profondément le garçon qui préféra se réfugier dans les connaissances que dans les bras d'une mère inconsolable qui se laissait dépérir jours après jours. Il allait à Londres de temps en temps, et se sentait plutôt à l'aise au milieu de cette foule de courtisans, quoiqu'il préférait l'air de la campagne.
    A l'âge de 19 ans, il décida de s'éloigner de l’Angleterre pour découvrir le monde autrement que dans les livres. Il partit tout d'abord en France où il y apprit les usages de la cour et rencontra quelques penseurs avisés qui surent le guider dans sa quête du savoir. Puis il s'installa quelque temps à la cour du Saint Empire avant d'aller découvrir l'Espagne et l'Italie, haut lieu de l'art où il fit la connaissance d'artistes plus extraordinaires les uns que les autres. Il passa donc plusieurs années sans attaches véritables, à sillonner l'Europe à la recherche d'expériences nouvelles. Bien sur, au cours de ses allers et venus, il rencontra quelques femmes toutes plus attirantes les unes que les autres qu'il sût amadouer d'un regard charmeur, mais il n'était prêt à passer la bague au doigt à aucune de ces charmantes créatures, quel que soit leur rang. Il avait peu de nouvelles de sa famille qu'il avait laissée derrière lui sans grande nostalgie.
    Après de longues années à l'étranger, il apprit la mort de son père par une missive arrivant tout droit d'Angleterre. A 25 ans, il revint donc chez lui plus par principe que par réelle envie. Il venait de perdre ce père qui n'était pas beaucoup plus qu'un étranger pour lui, mais il se retrouvait maintenant à endosser le titre de marquis de Dunster.
    Dans ce grand château, sa mère n'était plus que l'ombre d'elle-même, un fantôme qu'on croisait parfois tapie dans une pièce sombre, les yeux dans le vide. Il resta près d'elle, mais son esprit était loin, très loin d'ici. Ses pensées s’égaraient constamment, se perdaient dans les méandres des palais étrangers qu'ils avaient visités, vagabondait sur les routes et imaginait à quoi donc pouvait bien ressembler le reste du monde. Et s'il n'avait pas fait une étonnante rencontre, il serait repartie quelques semaines après son arrivée vers les régions de la Volga ou je ne sais quelle autre contrée peu connue. Il ne rêvait que de repartir et de quitter pour toujours ce lieu lugubre et sans vie.
    Mais alors qu'il s’apprêtait à refaire ses malles il rencontra par hasard une jeune femme qu'il ne quitta plus durant des années. A quelques lieux du château, alors qu'il se promenait à cheval, il croisa une certaine Erika de Malmö, jeune et triste comtesse qui marchait sur un sentier de forêt d'un air absent. Comme charmé par cette étrangère qu'il n'avait encore jamais vue ici, il l'aborda et engagea la conversation. Il n'eut en retour qu'une remarque cinglante lui signifiant qu'elle souhaitait être seule, et elle repartit d'où elle venait. Edward, plus qu'intriguée, se renseigna auprès de villageois, et on lui apprit que la comtesse était arrivé à l'hiver 1522 et s'était installé dans un manoir non loin d'ici. Bien sur, on lui dit également qu'il ferait mieux de ne pas chercher à la rencontrer car en presque trois ans de vie ici, seuls quelques privilégiés eurent la chance de lui adresser réellement la parole.
    Mais étonnemment, avec un peu de persévérance et beaucoup de patiente, ils finirent par sympathiser.
    En quelques années, le marquis était devenu l'homme à qui elle pouvait tout dire, à qui elle avait révélé son passé et pour qui elle ressentait une réelle affection. Edward quand à lui développa un sentiment que jamais jusqu'alors il n'avait connu. Il l'aimait, en silence, sans oser lui avouer de peur de gâcher la parfaite relation qu'ils entretenaient. Puis un soir, alors qu'ils partageaient un verre de vin, tout dérapa et ils tombèrent dans les bras l'un de l'autre. Quelques jours après, Erika était partie sans laisser un mot et sans jamais donner de nouvelles.
    Il en eut le cœur brisé mais ne tarda pas à la retrouver à la cour du roi. Hélas rien n'était plus comme avant et la suédoise faisait tout pour l'éviter, refusant de lui dire ne serait-ce qu'un mot, se défilant à chaque fois qu'il demandait une explication.
    Pourtant il s'obstine toujours et ne compte pas décamper de Londres avant d'avoir eu la possibilité de partager une vraie conversation avec elle.



ET PLUS SI AFFINITE


Erika de Malmö feat Alison Sudol

Alors que la Suédoise était installée dans la région depuis quelques années et qu'Edward, à peine arrivé, s'apprêtait à repartir, ils tombèrent nez à nez par un hasard le plus total. Alors qu'il voulut engager la conversation, elle se contenta de l'envoyer valser, lui signifiant qu'elle n'avait absolument pas envie de lui adresser la parole. Mais le jeune homme, captivé par cette femme qui lui sembla si fragile et forte à la fois, s'obstina ; et une fois qu'il eut appris son lieu de résidence, il alla frapper chez elle sans jamais se lasser de ses refus catégoriques de le laisser entrer. Grâce à sa patience sans égal, elle finit par céder et accepta une conversation.
Contre toutes attentes, il se tissa entre eux une véritable amitié. A force de discussions, tant sur la météo que sur leurs opinions politiques, Erika plaça toute sa confiance en lui, allant jusqu'à lui raconter tout son passé, chose qu'elle n'avait jamais faite, et qu'elle ne refit jamais.
Les années passèrent, et aux yeux d'Edward, son amie devenait chaque jour un peu plus parfaite. Cet amour, il le garda secret bien évidemment, jusqu'à ce qu'un soir, l'alcool leur monte un peu à la tête et les fasse tomber dans les bras l'un de l'autre.
Quelques jours après, Erika était partie sans laisser ne serait-ce qu'on mot. Il finit par la retrouver à la cour, mais depuis, elle l'évite et refuse de lui donner la moindre explication.



Anne Boleyn feat Natalie Dormer

Une fois arrivé à la cour, il eut vite fait de remarquer qu'Anne était une des seules femmes avec qui Erika s'était liée d'amitié. Edward a tout de suite sauté sur l'occasion et lui a supplié d'accepter de faire passer de sa part mots et cadeaux à la suédoise. Anne accepta, mais un peu intriguée, elle demanda qu'il lui explique quel était ce lien étrange qui unissait les deux jeunes gens. Edward lui confia donc de quoi il retournait, non sans se morfondre ! La favorite décida alors d'aider ce joli couple à se réconcilier. Elle joue donc un rôle d'entremetteuse en quelque sorte, et ce pour la plus grande joie d'Edward.


Hans de Malmö feat Eric Dane

Tout aurait été plus simple s'il n'avait pas existé. Et surtout s'il n'était pas revenu ! Après près d'une décennie d’absence, Hans, que son épouse croyait mort, refit son apparition bien décidé à récupérer sa femme. Edward, bien sûr, ne l'entend pas de cette oreille et ne compte pas laisser sa douce Erika dans les bras de ce monstre ayant abandonné femme et enfant pour ses idées nationalistes. Entre les deux, la guerre est déclarée, et nul ne va baisser les bras.


Diane Highwood feat Amy Adams

Edward a rencontré cette jolie demoiselle dans les rues de Paris. Alors qu'il s'était pris au jeu des deux soeurs et avait accepté de se faire tirer un portrait peu flatteur, il prit Diane la main dans le sac alors qu'elle essayait de lui voler sa bourse. Depuis, l'eau a coulé sous les ponts et le jeune homme oublia totalement cet épisode parisien. Quand il la revit à la cour, son étonnement fut grand. Passé d'une gamine voleuse, la voilà presque artiste à la cour du roi. Mais d'après lui, elle n'a aucun mérite puisque son gagne-pain consiste à voler les honnêtes gens. C'est sans savoir qu'elle a bien changé qu'il se met en tête de lui faire comprendre que tout se paye un jour. Surtout lorsque nos écarts de conduite ont coûté une petite fortune à certains.


Henry Grey feat Kit Harigton

Ils sont ce qu'on pourrait appeler amis. Edward lui est venue à quelques reprises en aide lorsque les problèmes d'argent se faisaient cruellement sentir et Henry lui en est reconnaissant. En somme ils s'apprécient. Mais soucieux de son avenir à la cour, Edward ne serait pas contre l'aide d'Henry, qui semble assez proche du souverain, pour parvenir à approcher celui-ci.

Ce personnage est un scénario de membre.
Il a été inventé par Erika de Malmö et corrigé et approuvé par les membres du Staff.

Si vous avez des questions sur ce personnage,
merci de contacter Erika de Malmö par MP, ou l’un des membres du Staff.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Edward Luttrell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Edward aux mains d'argent
» Le p'tit jardin d'Edward W. Flower ∼
» La surprise. [PV : Edward, Era]
» Edward Hopper, un américain à Paris...
» Edward Elric, alchimiste d'acier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to the Beginning ::  :: Postes Vacants :: Les Postes Vacants :: Marquis et Marquises-
Sauter vers: